Le Cycle

Chaque année j’essaie de me donner un thème de travail et écrire sous la forme d’un exposé (oui comme à la fac!) que ce soit personnel ou symbolique. Cette année a été sur le Cycle et le carré magique Sator !

Le Cycle

tumblr_nbtswjf49e1rg6rdwo1_500

Le thème du cycle est central dans toutes mes réflexions : Tarot, alchimie, magie…mais également à travers mes expériences.

« Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas »  Table d’Émeraude.

A la Cathédrale de Chartres. Postée au portail nord, un cierge à la main, j’entrais dans l’obscurité de la crypte, puis je passais devant la vierge noire avant de remonter dans la cathédrale et de ressortir par le portail sud. Ce chemin me faisait ainsi passer des ténèbres de la crypte à la lumière aveuglante du soleil du sud. Je remarquais que ce chemin avait agi en moi et que l’énergie de la cathédrale m’avait transformée. Car à mon sens, tout est cycle. Nous vivons sans cesse des expériences qui nous enlèvent nos scories et nous permettent de progresser.

Cycle de la nature

Nous retrouvons le thème du cycle dans beaucoup croyances et dans la nature : La nuit et le jour, par exemple, mais aussi dans les saisons où les heures raccourcissent puis rallongent, et que dire de la lune qui change de phase, éclairant la nuit ou la rendant plus sombre lors de la nouvelle lune…

Les Païens quant à eux célèbrent ce cycle de la nature lors de fêtes appelées « Sabbats » ou « Esbats », au cours du solstice d’Hiver, Yule, Imbolc ou encore Ostara. Ces rituels marquent le triomphe de la lumière sur les ténèbres, le retour de la lumière extérieure mais aussi intérieure.

Cycle de la vie et de la mort

Plus métaphoriquement il y a aussi le cycle de la vie et de la mort : Mourir pour renaître. Les ténèbres de la mort physique et la lumière de l’autre monde ou l’au-delà. Cela renvoie donc à la résurrection du Christ, Prométhée ou Osiris.

Puisque nous parlons d’Égypte que dire de cette légende égyptienne selon laquelle chaque jour, le Dieu solaire Atoum/Ré progresse sur sa barque. La nuit il bascule dans le monde souterrain et passe dans le monde des morts. Pour les égyptiens, une journée représente une vie, le lever du soleil est la naissance et son coucher la mort. Lors de son voyage au royaume des morts, Apophis veut faire chavirer la barque d’Atoum/Ré. Des moments difficiles se passent pendant la nuit, mais heureusement Atoum/Ré est protégé par Seth et le serpent, puis Osiris aide le soleil à se régénérer. Le matin, Ré arrive à revenir dans le monde terrestre sous la forme d’un scarabée, Khepri qui est le soleil en devenir et ensuite recommence son nouveau cycle.

Courant Spirite

500x385_kardec

Le passage des ténèbres à la lumière se retrouve aussi dans le courant spirite. Sur la tombe d’Allan Kardec au cimetière du Père Lachaise ne lit-on pas : « Naître mourir renaître encore, et progresser sans cesse, telle est la loi » ? Et son disciple, Pierre-Gaëtan Leymarie ne rajoute-t-il pas : « mourir c’est quitter l’ombre pour entrer dans la lumière » ?

Alchimie

Mais quelle est cette loi dont parle Kardec ? Ne trouve-t-on pas cette même idée de cycles, de transformations ou plutôt transmutations dans l’Alchimie par exemple ? J’aime l’idée qu’il existe une alchimie spirituelle, qui permet de connaître des lois, de retrouver une pureté et ainsi de progresser sur le chemin de la célèbre Pierre Philosophale.

Fulcanelli disait : « Mais les philosophes ont découvert qu’en sa nature élémentaire et désordonnée, faite de ténèbres et de lumière, de mauvais et de bon rassemblés dans la pire confusion, ce Rien contenait Tout ce qu’ils pouvaient désirer. »

Le Grand Œuvre Alchimique passe par 3 phases : L’œuvre au noir, l’œuvre au blanc et enfin l’œuvre au rouge : L’Œuvre au noir est la phase de la putréfaction et de préparation de la matière première. Elle nous prépare à la mort symbolique. Puis vient l’œuvre au Blanc, la phase de transformation et de purification. Une autre étape avant l’œuvre au rouge et la Pierre Philosophale.

Pour moi, encore une fois tout est un cycle, nous les vivons pour travailler sur nous même, sur nos défauts afin d’évoluer. Nous repassons sans cesse par l’œuvre au noir et blanc, puis encore noire et encore blanche… L’œuvre au rouge est le stade ultime, la quintessence que nous souhaitons atteindre.

Le Solve et Coagula en alchimie, n’évoque-t-il pas quant à lui la dissolution et la reconstruction ? Tout comme dans le cycle des plantes où la graines doit pourrir dans la terre avant de devenir fleur au printemps ? Nous retrouvons d’ailleurs le Solve et Coagula sur les bras du Diable dans le Tarot de Marseille…

Tarot de Marseille

waterproof-tarot-smith-wait-tarot-love-destiny-luck-playing-cards-VIP-package

En effet, le Tarot de Marseille dans sa lecture ésotérique n’est pas qu’un simple « jeu » car certaines de ses lames (qui parlent peut-être à notre âme) nous éclairent un peu plus sur la nature de ces cycles :

Il y a l’Arcane sans nom que l’on nomme parfois « Mort », mais qui n’est pas le signe d’une mort physique, mais plutôt d’un renouveau. Encore un Cycle. De plus cette lame ne termine pas les Arcanes majeures du Tarot car elle se trouve à la 13ème place, la mort n’est donc pas définitive.

Il y a « un avant et un après » : comme en tarot où le Pendu nous demande d’abandonner certaines choses, de voir le monde d’une autre façon

La lame suivante est donc naturellement l’arcane sans nom qui permet de terminer cette transformation pour laisser place à un renouveau. Ainsi, pour évoluer, il faut donc faire mourir une partie de nous. Nous pouvons le voir sur l’Arcane sans nom qui possède une colonne vertébrale en épi de blé et fauche le sol. Comme le blé des récoltes qui a d’abord été une graine qui a pourrit dans la Terre…

La lame de L’Etoile quant à elle, nous demande de garder espoir pour arriver à notre chemin. Mais nous devons passer par une phase sombre : La Lune, qui représente l’introspection ou encore le passé, avant de connaître la Lumière par la lame du Soleil.

Enfin, vient en 20ème lame, le Jugement. Au premier plan se trouve des personnages debout face à un ange, les pieds dans une tombe. C’est pour moi l’Arcane de la réincarnation, ils passent des ténèbres (les personnages sont dans une tombe) à la lumière (ils prient et communiquent avec un ange). L’ange semble exaucer leur prière, leur donner une nouvelle chance… une résurrection. Ainsi après la mort (ils ont les pieds dans le tombeau), les personnages s’éveillent (debout).

Le Tarot nous éclaire sur les cycles, qui sont un temps utile à des formes d’intégrations.

Cycles personnels

J’aime me dire que nous suivons des cycles. Tous les ans, tous les mois peut-être…Phase après phase. Et qu’après notre œuvre au « noir » se trouve toujours l’œuvre au « blanc » Dans la vie de tous les jours nous le constatons, tout ce qui évolue passe par une phase de décomposition. Il faut donc accepter ces phases comme des phases d’évolution.

A l’approche d’un cycle questionnons-nous. Tout comme durant la première étape de l’alchimiste : s’est-on vraiment rectifié ? Après tout, le but de l’alchimie n’est-il pas en fin de compte la transmutation de l’alchimiste lui-même ? Ainsi, nous nous enrichissons en intégrant des expériences. La vie est surement notre meilleure professeure, elle nous offre la possibilité de recommencer des expériences pour que l’on apprenne et comprenne.

Pour conclure

D’où vient exactement cette lumière dont on parle lorsque nous parlons de ténèbres et de lumière ? La Bible nous donne un bon indice « La lumière luit dans les ténèbres » (Jean 1:4) et la Genèse 1.1-6 : Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au–dessus des eaux. Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut.

La Lumière vient donc des ténèbres mais elle est aussi dans les Ténèbres. Nous ne restons pas dans la lumière perpétuellement après avoir vécu dans les ténèbres. Rappelons-nous cette notion de cycle;  cette alternance nous fait évoluer jusqu’à la lumière finale quand tout sera accompli.

Oswald Wirth disait « Savoir mourir est donc le grand secret de l’Initié, car, en mourant, il se dégage de ce qui est inférieur, pour s’élever en se sublimant. Le vrai sage s’efforce donc de mourir constamment afin de mieux vivre. ».

Pour beaucoup, Ténèbres est le contraire de lumière, comme la lune est le contraire du soleil, l’homme et la femme, le passif et l’actif. Pourtant, plus nous avançons, plus nous comprenons que tout est complémentaire et que nous avons besoin de tout. Nous avons besoin de ces ténèbres pour apprécier et voir la lumière. L’un ne va pas sans l’autre et dans la lumière se trouve aussi des ténèbres (Comme la lune qui a besoin du soleil pour éclairer à son tour par exemple).

La dualité n’est en fin de compte qu’apparente, la Lumière est aussi dans les Ténèbres, il faut toujours des ténèbres pour connaître la lumière

La lumière est en nous et que nous ne pouvons découvrir dans nos ténèbres que si nous faisons le travail de nous rectifier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :