J’ai parcouru le labyrinthe de Chartres

Chartres est connue pour être une cathédrale magique, avec une forte énergie, des vierges noires et … un labyrinthe ! Celui-ci est ouvert tous les vendredis et nous pouvons le parcourir. J’ai été tellement contente d’enfin le découvrir !

Le Labyrinthe de Chartres

Je copie le texte qui se trouve à l’entrée du Labyrinthe, il est de Gilles Fresson – Attaché de coordination de la cathédrale de Chartres :

La cathédrale a été édifiée au XIIIème siècle, pour y célébrer le Christ – et y prier Marie. Comprendre la raison d’être du labyrinthe, c’est interroger la foi chrétienne et questionner la pensée du moyen-âge. Au-delà des nombreuses théories contemporaines et autres convictions personnelles, lisons. Car il existe réellement un mode d’emploi!

Plusieurs textes [Ordinatio de Pila Facienda – Auxerre 1396, Ordo veridicus – Chartres v. 1360, Rationale Divinorum Officiorum – Jean Beleth v. 1155] nous parlent d’une célébration étonnante, qui avait lieu au moyen-âge durant la soirée du jour de Pâques. Cette liturgie met en valeur la véritable utilisation du labyrinthe. Et explique pourquoi l’évêque a demandé sa réalisation.
Au son du Victimae Paschali Laudes – un chant grégorien proclamant la résurrection du Christ – le doyen des prêtres parcourait solennellement les méandres du labyrinthe, d’un pas rythmé, tandis qu’on tournait autour. Le doyen portait contre sa poitrine une grosse ‘pelote’ jaune. Une fois parvenu au centre, il lançait cette balle à tous les participants, qui la lui renvoyaient aussitôt, entraînant une danse animée et festive.
Derrière l’impression d’un ‘jeu’, était en réalité représentée – symboliquement – l’une des vérités essentielles de la foi chrétienne: le Christ ressuscité.

Dans l’ancienne mythologie grecque, Thésée entre dans le labyrinthe de Crète et y tue le minotaure, créature monstrueuse qui se nourrit des enfants d’Athènes. Il en ressort à l’aide du fil d’Ariane.

Dans la chorégraphie qui avait lieu au moyen-âge, le Christ (Thésée) traverse les enfers (le labyrinthe), affronte Satan (le minotaure), triomphe des puissances de la mort, offrant sa lumière (jaune) à tous ceux qui sont prêts à la recevoir : soit un chemin sûr (la pelote) vers la vie éternelle.Le Christ, à Pâques, devient le premier né d’entre les morts.Tous les hommes et femmes, au fil de l’année, sont invités à le suivre. A vivre le même parcours. A faire du labyrinthe une image de leur vie entière: longue, exigeante, traversant les épreuves. Une vie confiante, qui s’avance, par delà la mort, vers une réconciliation définitive avec le Dieu-Amour.

A quoi sert il ?

Le labyrinthe portait le nom de « chemin de Jérusalem« , les pèlerins qui ne pouvaient aller jusqu’à Jérusalem le parcouraient. Il symbolise le chemin qui mène l’homme de la terre à Dieu.

Mais ceux qui comme moi ne croient pas en ce dieu nommé Dieu? Pourquoi le faire ?

Les cathédrales sont magiques, construites spécifiquement pour permettre aux visiteurs de ressentir une énergie, de se rapprocher du spirituel mais aussi de se « nettoyer ». Le Labyrinthe situé sur un point précis va permettre une sorte de voyage. Il va nous « nettoyer » mais aussi nous centrer. Il va nous conduire à l’intérieur de nous même, nous permettre de nous rapprocher d’une conscience. En résumé : nous élever tout simplement.

Symboliquement le labyrinthe permet d’unir le ciel et la terre, il représente un long chemin semé d’embuches, un parcours des états multiples de l’être où l’être erre avant de trouver le centre. C’est avant tout un voyage intérieur où nous allons trouver notre centre.

Mon Parcours

Devant moi, plusieurs personnes déambulaient déjà dedans : certaines étaient pieds nus, d’autres avec une bougie à la main. Il n’y a pas de mauvaise manière de le parcourir. Il n’y a qu’une seule entrée, une seule sortie et une seule voie qui mène au centre. Nous ne pouvons pas nous perdre.

Je commence alors par entrer dans le labyrinthe. J’avance, et comme je marche vite j’arrive rapidement proche de 3 autres femmes. Dès le début, je gardais un oeil à mon but : atteindre le centre.

D’ailleurs, dès que nous commençons à marcher dans le labyrinthe, nous nous rapprochons rapidement de ce centre avant de nous en éloigner aussi vite :  nous voyons le but à atteindre mais nous en sommes, en fin de compte, si loin. C’est une images de la persévérance. Mais également une belle instruction, ces allers/retours incessants montrent que l’on doit prendre du recul, avoir du lâcher prise. Et  réaliser que ce n’est pas le but qui est important mais le chemin.

Le labyrinthe est une métaphore de notre vie : nous avançons, nous cherchons, nous nous trompons puis trouvons le bon chemin. Et quand on le sait on fait très vite le lien entre notre vie et le lui. Mes pensées étaient : « ça n’avance pas assez vite » « je suis bloquée par ces personnes » puis « mais il faut prendre son temps » « profiter de ce moment ». Avec ça, j’ai mis en avant ce qui me pose souvent problème : l’impatience ! (J’ai eu l’impression que le chemin du labyrinthe jusqu’au centre durait plus de 30 minutes !)

Avant de commencer j’avais lu une documentation sur le labyrinthe qui stipulait qu’il fallait être attentif à sa respiration et à tous nos sens : vue, ouïe, toucher etc.. Et lors de mon parcours, au delà de mes pensées je me voyais dans une bulle, où j’étais seule alors qu’il y avait beaucoup de monde autour. Comme dans certaines cathédrale je sentais l’énergie monter, agir.

Et là j’arrive au centre, face à la grande rosace. Les autres pelerins fermaient les yeux, priaient, étaient en état de réception. Je les suivais.

Ensuite, moi qui pensait qu’il y avait un chemin direct pour sortir, je réalisais que je devais refaire tout le labyrinthe à l’envers cette fois ci! (j’avoue j’ai un peu accéléré le pas, j’avais peur d’être en retard à mon rdv). Mais en fin de compte c’est logique, une fois que nous nous sommes élevés et centrés c’est dangereux de descendre aussi vite. Il faut prendre conscience de ce que nous avons appris et partager notre expérience. Quel est notre parcours? qu’avons nous appris ? Comment le transmettre au mieux?

J’aurais pu mieux faire le chemin du labyrinthe, mais j’étais accompagnée et je ne voulais pas faire attendre trop longtemps mon amie. Mais ce qui est certain c’est qu’ensuite je me suis sentie mieux : plus enjouée (j’étais en plein mois difficile), je n’avais plus de boule au ventre. J’ai vraiment senti un truc!

Si vous souhaitez le parcourir je vous conseille de prendre votre temps. J’ai lu beaucoup sur lui après ma visite et beaucoup insistent sur le fait qu’il faut avoir une marche régulière pour mieux sentir les énergies. Mais comme vous le voyez, n’ayant pas du tout fait cela j’ai aussi ressenti !

Des liens
Le labyrinthe
Comment les gitans voient le labyrinthe

7 commentaires sur “J’ai parcouru le labyrinthe de Chartres

Ajouter un commentaire

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte. blog très intéressant. Je reviendrai. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir

    J'aime

  2. Cette cathédrale est impressionnante, je me souviens l’avoir visitée l’année où je rédigeais un mémoire sur la symbolique du labyrinthe dans la littérature anglaise postmoderne ^^ Et voir que tu as vraiment pris le temps de vivre l’expérience labyrinthique, de t’imprégner de l’énergie du lieu et du parcours, je trouve ça juste génial et admirable. Tu m’as inspirée à faire de même !

    Aimé par 1 personne

      1. T’es adorable !! Il y avait deux livres en comparaison : Portrait de l’artiste en jeune homme de Joyce et Le Mage de Fowles. Je me suis pas mal inspirée des écrits de Jacques Attali aussi :) Tu adorerais si tu n’as pas encore lu ! (Chemins de sagesse, Traité du Labyrinthe)

        Aimé par 1 personne

  3. . Bonjour,
    je commence tout juste à découvrir ta bulle et je sens que cet espace va me plaire : ).
    . Ça fait des années que je souhaite visiter la cathédrale de Chartres et j’ignorais qu’il y avait un labyrinthe à l’intérieur (ou j’ai oublié ?). En tout cas, je sais à présent qu’il est indispensable de m’y rendre un Vendredi. Je te remercie pour ce partage, ces images très instructives, ce nouveau regard que je peux porter une fois de plus sur les siècles passés. Il y a énormément de choses qu’on ne saura jamais, mais je me dis quand même que les fêtes rituelles qui ont pu exister dans nos monuments chrétiens devaient être quelque chose. Quand on sait que même les danses macabres étaient mises en scène ! D’une certaine manière, je trouve ce type de transmission très « impactant » (pas très joli ce mot). Mais peut-être que les gens avaient plus de recul fasse à ce genre d’événements que je ne me l’imagine. Quoi que, quand tu étais môme ça devait grandement envahir ton esprit.

    J'aime

    1. Merci pour ce gentil retour ! La cathédrale en elle même est vraiment super! je la recommande vraiment et si en plus le jour de visite tombe un vendredi c’est parfait pour le labyrinthe :) je retourne d’ailleurs à Chartres ce vendredi j’ai hâte !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :