Fernand Khnopff, l’ésotérique

« L’art de Khnopff n’est pas un art de plan-pied. Il faut se donner la peine de monter les marches du temple et de frapper à la porte. » Louise Dumond-Wilden

On ne sait que très peu de choses de la vie de Fernand Khnopff et pourtant ses oeuvres laissent transparaître beaucoup de symboles et une impression de sens caché.

 

Ce qui m’a marqué en premier, c’est sa fascination pour Hypnos. On ne compte plus sa présence dans ses oeuvres! ça en est fascinant. Hypnos est le dieu du sommeil et frère jumeau du Dieu de la mort, Thanatos. Il est le gardien de la nuit quand tout le monde est endormi. Khnopff disait même que « Le sommeil est ce qu’il a de plus divin dans notre existence » divin pour ce qui est au divin.

Pourquoi était il fasciné par Hypnos?
Que faisait il dans son sommeil ?

Dans l’exposition au Petit Palais, on apprend même qu’il avait chez lui, dans son incroyable maison-temple de Bruxelles un autel dédié à Hypnos. D’ailleurs, son atelier était son lieu à lui, il interdisait à sa femme de venir. « Je construis mon monde et je me promène dedans ». 

Sa devise « On a que soi »inscrite en grand sur sa villa à Bruxelles met en avant son amour pour la solitude ou l’introspection ?

Il était très proche du mouvement occultiste du début du siècle, comme les martinistes ou Jospéhin Péladan (Grand maître de l’ordre de la Rose Croix) et créait dans… un cercle magique, incroyable non?

Dans son atelier, il avait placé son chevalet au centre d’un grand cercle d’or. Il y trouve l’inspiration mais en plus de ce tracé au sol, un autre au plafond lui répond ! Il représente la constellation de son signe zodiacal, la vierge (mais je n’ai pas trouvé de photographie!).

Sur la thèse de Sebastien Clerbois à propos de l’ésotérisme belge je découvre même qu’il y avait sur ce cercle « une place déterminée par l’astrologie selon la saison, le moment du jour et l’œuvre, pour commencer un tableau « .

On peut aussi s’amuser à retrouver tous les cercles et globes dans ses oeuvres. C’est pour lui un symbole de perfection.

On ajoute sa fascination des masques ! (« Masque aux rideaux noirs », « Masque au manteau blanc » etc.) Et les visages qu’il dessine sont toujours identiques peu importe le modèle : visage et mâchoire carrés, yeux dans le vague, nez droit et petite bouche. Qui était elle ? Qui était il ?

On retrouve beaucoup la figure de l’androgyne, on se questionne sur le genre des modèles présents. Je ne sais pas si c’était simplement un but esthétique mais chez les ésotériques et les gnostiques, l’androgyne est un concept fort,. C’est la recherche de l’unité primordiale perdue, la réunion des contraires (on retrouve aussi cela dans l’alchimie).

Requiem

L’époque où il vécut traversait pour lui une crise spirituelle. Avec son art, il souhaitait mettre en avant ses idées et les réflexions de ses contemporains sur la place de l’homme dans l’univers. Cela me rappelle Alfons Mucha qui avait la même approche, ça m’avait beaucoup touché d’ailleurs car je ne connaissais pas du tout cette partie spirituelle de l’artiste.

Ils ressentaient le besoin de partager à travers leurs peintures comme si l’art avait une mission spirituelle. Que les oeuvres agissaient sur les lecteurs dans un but d’élévation de l’âme. A l’exposition, j’ai vu beaucoup d’oeuvres avec des symboles cachées ou des mots que je n’ai pas réussi à déchiffrer. Ils n’étaient sûrement pas là par hasard.

Triptyque de L’Isolement
Les détails sur l’Isolement avec ypnos, le Lys, le chrisme, la chimère de « I lock my door upon myself », un globe vert et d’autres symboles..
 

J’espère que cela vous aura donné envie de découvrir les oeuvres de Fernand Khnopff au Petit Palais ! (jusqu’au 17 mars 2019)

D’autres sources intéressantes si vous voulez en savoir plus : 

 

2 commentaires sur “Fernand Khnopff, l’ésotérique

Ajouter un commentaire

  1. Dans mon étude Le secret de Bruges-la-Morte, les chapitres 11 et 16 sont consacrés à l’interprétation de quelques œuvres emblématiques de Khnopff. D’une façon générale, il est utile de faire une recherche avec le mot clé « Khnopff » pour trouver d’autres mentions le concernant. Site : http://www.bruges-la-morte.net (page d’accueil, sous les articles de Rodenbach).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :